Introduction à la Philosophie du Vème siècle avant Jésus Christ

            La Philosophie, racine de la pensée occidentale, nous évoque les érudits de la Grèce Ancienne. Aristote, Platon et Socrate en sont les principaux acteurs. Sans négliger leur importance, il convient de voir que cette pensée est une construction lente qui s’est érigée en modèle par la suite.


            D’après le dictionnaire historique de la langue française d’Alain Rey le mot philosophie vient de philosophos (l’ami) et de sophia (prudent, sage, …). En règle générale, cela désigne quelqu’un qui exerce un art quelconque. Il s’est substantivé pour devenir celui qui recherche la vérité des choses.

Etymologiquement cela signifie donc l’amour de la science, du savoir et de la recherche dans un domaine. Il s’est spécialisé dans la recherche de l’essence des choses, ce qui fonde les systèmes spéculatifs (Vérité).

Pythagore parle de philosophes pour désigner ceux qui ne s’intéressent qu’à la nature des choses, vision quelque peu péjorative sur le sujet.

Les sophistes apportent une nouvelle vision des choses et centrent leur attention sur l’homme. Mais ils restent des philosophes car ils réfléchissent sur la nature de l’homme et de son discours.


            A l’origine on parle des 7 sages, ils pratiquent les apophtegmes, et ces maximes ont une portée morale, on les retrouve un peu partout et leur but est de montrer ce qui est juste, ce qu’il faut. On peut voir ici des sortes d’ancêtres des philosophes, ils sont des moralistes. Ils sont vus comme des législateurs par la foule (Lycurgue pourrait en être un).

On fixe le début de la philosophie au début du VIe siècle avec Thalès, Anaximandre, Anaximène. Ils font partie de ce que l’on nomme l’école de Milet, ce sont les premiers philosophes. Ce sont des physiciens, ils réfléchissent sur la physis, la nature.

Mais c’est avec la suite est donc les pythagoriciens que la philo prend réellement son envol. En effet les disciples s’éparpillent dans toute la Grèce.


            Il faut noter que le Ve siècle est marqué par l’apogée de la Grèce. Cette situation est particulièrement vraie lorsqu’on se penche sur l’histoire d’Athènes, c’est en effet là que se concentrent savoir, sciences et richesse. Cependant il faut se méfier car cette vision est athénocentrée. Toutefois cette cité reste un bon exemple, qu’il convient d’étudier. Il est également judicieux de se concentrer sur le Ve siècle, c’est là, à l’âge d’or de la Grèce, qu’apparaît une forme de réflexion nouvelle, l’étude du logos qui devient prééminente.


            Il serait intéressant de remarquer que la philosophie s’est transformée et qu’elle a eu une influence déterminante sur le développement des cités de la Grèce antique.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×