Du Cosmos au Logos : l'arrivée du Logos

            Le courant des physiciens se heurte à une vision nouvelle des choses, de la pensée.

 

           En effet c’est au Vème siècle qu’apparaît une nouvelle philosophie représentée par de nouveaux penseurs et centrée d’avantage sur l’homme.

 

1 - Les « ennemis » de Parménide et Zénon : les sophistes :

           Ce que l’ont nomment les « ennemis de Parménide et Zénon » sont les sophistes. Ce terme recouvre une réalité très large. On connaît des noms célèbres tels que Protagoras et Gorgias.

                   a. Qu’est ce qu’un sophiste ?

            Se sont tout d’abord des professionnels, ils doivent suivre une formation après laquelle ils exercent contre rémunération. Ils font de la philosophie leur métier. Ils partagent un sujet d’étude commun qui est l’homme, et plus particulièrement l’art de la parole, aussi appelé logos. Enfin ils sont pour la plupart itinérants et vont de cité en cité. Parmi les sophistes célèbres, on peut citer Protagoras d’Abdère, Gorgias de Léontinoi, Hippias d’Elis et Prodicos.

                   b. Les vieux sophistes :

           Le sophiste le plus connu est Protagoras d’Abdère (490~480/?), il vint à Athènes vers 460-445 BC. Pour lui chaque cité est établi en accord avec ses propres notions, juste/injuste, bien/mal, ce qui est légale pour elle. Il n’y a donc pas de cité plus sage que d’autre. Gorgias est un rhéteur pas excellence, qui apprend à « jongler » avec les mots, il rassemble beaucoup d’ambitieux autour de lui. Prodicos, rhéteur, a défini les mots utilisés par la science politique naissante. Hippias quand à lui est vu comme un mauvais penseur soucieux de gagner de l’argent.

 

2 - Les nouvelles théories :

           Les sophistes apportent donc des idées nouvelles, qui délaisse l’étude du Cosmos au profit de l’homme et donc plus généralement de la citée.

                   a. Une philosophie centrée sur l’Homme :

           L’objet d’étude principal devient la rhétorique, car pour les sophistes c’est là le cœur de leur théorie. Le discours fait de l’homme un être. Pour eux l’important c’est l’homme et la raison. Ils veulent enseigner aux hommes comment être bon. Cela donne à leur pensée une dimension plus pragmatique que les physiciens.

                   b. Le Nomos :

           Les progrès scientifiques et géographiques ont permit une remise en question, la création d’une antithèse entre nomos et physis, entre la loi et la nature. Le nomos, lois des hommes, pures conventions inventées par ceux-ci, peut entrer en conflit avec les lois de la nature, qui justement ne sont pas celles des hommes. Les sophistes critiquent donc les nomoi, lois des hommes, car elles peuvent d’une part être en contradiction avec la nature, mais d’autre par et surtout ces lois ont été créées par des législateurs qui se disaient omniscients, mais à une époque donnée et selon certains révolue. Les sophistes critiqueraient donc des lois qui ne répondraient plus aux attentes des citoyens de leur temps.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×