Organisation d'une phalange hoplitique

1.Organiser une phalange :

            La phalange est une tactique de combat apparu vers le IIIe millénaire en Mésopotamie mais développée et popularisée par les cités grecques. L’équipement de l’hoplite évoluant, comme nous l’avons vu, et plus accessible aux classes moyennes, permit aux Cités Grecques de recourir à ce type de combat, ou tous les guerriers sont aux coudes à coudes dans une seule et même formation, une seule défaillance et c’est toute la survie de la phalange qui est menacé. La phalange est à l’image du gouvernement de la cité, c'est-à-dire que tous les citoyens y prennent part, c’est comme une entité qui combat pour se défendre, il en est fini de l’héroïsme des nobles, du combat homérique, ce qui prévaut pendant la période classique et hellénistique est le combat de groupe, l’héroïsme n’a plus sa place, l’initiative non plus.

            Comme nous l’avons vu, les armes hoplitiques ont été faites dans l’optique du combat de phalange, il y a donc une façon de tenir ses armes. Les hoplites doivent porter leur bouclier de la main gauche, de l’épaule au pubis. La partie droite du bouclier protège le porteur et la partie gauche protège le côté droit de l’homme à gauche du porteur. Nous voyons donc que chacun est responsable en quelque sorte de son voisin, responsable de son voisin de gauche et dépendant de son voisin de droite. Les boucliers sont imbriqués les uns dans les autres.

Dessin historique 8 La phalange spartiate à Platées 479 av JC

           La phalange se mesurait en profondeur de bouclier, c'est-à-dire le nombre d’individus qu’il y avait sur une même colonne, la phalange se composait en temps normal de 8 boucliers, c'est-à-dire 8 rangs. Cependant cette disposition pouvait varier, il en va de même pour le nombre d’homme sur un même rang qui dépendait du lieu de l’affrontement, de la tactique employée et du nombre de guerriers disponibles.

           L’hoplite avait deux façons de tenir sa lance, soit au dessus du bras, soit au dessous, les derniers rangs ne pouvant atteindre l’ennemi de leurs lances les faisaient reposer sur l’épaule des hommes qu’ils suivaient. Compte tenu de la longueur approximative d’une lance on peut environ estimer  que seules les lances des deux voir (cas exceptionnels) trois premiers rangs dépassaient.

Dessin historique 9 Porter et frapper de sa lance

2. Protéger une phalange

           Chaque homme avait son flanc droit découvert, point faible de la phalange, celui-ci se serrait alors contre son voisin de droite qui lui offrait une protection de son bouclier. Tous les hommes faisant la même manœuvre, une phalange en marche avait tendance à fortement dériver sur la droite. Afin de pallier ce problème on plaça à droite les hommes les plus aguerris, l’élite de l’armée avec souvent le chef dans ses rangs. Ainsi par exemple, leur d’un affrontement le roi spartiate était avec ses gardes du corps à droite de la phalange lacédémonienne. De plus une phalange avait tendance à se courber, soit en son centre, soit en ses ailes, elle n’avait donc pas vraiment une apparence tout à fait rectiligne, comme on a pu le croire auparavant.

           L’aile gauche était la plus vulnérable, d’une part c’est là où les hommes n’étaient pas couvert à gauche par des boucliers, et d’autre par car l’élite était placée à droite. La phalange pour y remédier, plaça sur ses ailes des troupes auxiliaires. On pouvait y voir des groupes de cavalerie aux mains des aristocrates, ou encore des soldats légers, les psiloï équipés d’armes de jet, javelots, frondes, et dépourvus d’armures, ceux-ci étaient les plus pauvres.

           On y trouvait encore des mercenaires étrangers ou des citoyens équipés légèrement, les fameux peltastè. Habillés avec des tiares et bonnets en peaux, tuniques à manches longues, et armés de javelots et d’un petit bouclier d’osier ou de bois, la peltè. Ils étaient d’origines asiatiques, Scythes, Parthes entre autre.

Dessin historique 10 un peltastè

Commentaires (3)

1. Yvrette 23/03/2017

Qui nous apprend sur la bataille de Marathon?

Que l'on retrouve du récit d ' Achille contre Hector?

Merci de bien vouloir répondre à mes questions

2. 44matou44 13/03/2012

La phalange se mesurait en profondeur de bouclier, c'est-à-dire le nombre d’individus qu’il y avait sur une même colonne, la phalange se composait en temps normal de 8 boucliers, c'est-à-dire 8 rangs. Cependant cette disposition pouvait varier, il en va de même pour le nombre d’homme sur un même rang qui dépendait du lieu de l’affrontement, de la tactique employée et du nombre de guerriers disponibles.

3. ftaiti 05/12/2011

bonjour combiens y a t-ils d'hommes dans la phalanges merci beaucoup de répondre a ce messages

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×