Introduction à la Guerre Hoplitique

1.Apparition de l'Hoplite :

         
               
La Grèce archaïque du IXe au VIe siècles avant Jésus Christ (toutes les dates de ce travail sont avant Jésus Christ), discutée selon les historiens, est une période qui met peu à peu en place la Cité grecque comme nous la connaissons durant la période classique, Ve siècle. Il y a l’existence de petit groupe l’oïkoï (Oïkos) sorte de cité primaires dirigées par un chef de famille illustre, structure qui peut dans certains cas se rapprocher d’un royaume, tel l’exemple mythique du royaume d’Ithaque dans l’Iliade et l’Odyssée. Certains historiens, tel Snodgrass parlent de « conglomérat resserré de villages ». Le pouvoir était aux mains d’une aristocratie et c’est elle qui se distinguait à la guerre. Homère dans ces œuvres nous donne des fragments sur la façon de combattre durant cette période. Les nobles étaient montées sur des cheveux ou sur des chars, tel Patrocle et Achille, ou bien même Hector, revêtus d’armures en bronze alors très coûteuses et gênants le mouvement, et de casque en défense de sangliers. 

"Et le Laertiade mit sur sa tête un casque fait de peau,

Fortement lié, en dedans, de courroies,

Que les dents blanches d'un sanglier hérissaient de toutes parts au dehors,

 

 

Et couvert de poils au milieu."

 (Homère, Iliade, Chant X, traduction de Leconte de Liste)

 Photographie1 Un casque avec des défenses de sanglier

            Les fantassins, sortent de « piétaille » servaient dans une mêlée sans nom et bien souvent revêtus de simple tuniques et boucliers en osiers. Le modèle de guerre qui dominait était le modèle aristocratique, le combat des seigneurs, on faisait abstraction du reste des guerriers. C’était le combat de héros contre héros, Achille contre Hector ;par exemple.
            Vers les VII-VIe siècles  un peuple de Méditerranée, les Phéniciens Ont fortement développé leur commerce maritime, et à ce titre apportèrent plus de cuivre et d’étain, issus de Chypre mais aussi d’Espagne aux oïkoï grecs. Métaux nécessaires à la fabrication du bronze (Tableau 1 Proportion de métaux dans la fabrication du bronze), bientôt une classe moyenne pu s’acheter des armes de bronzes leurs coûts ayant baissé. Cependant elle ne pouvait pas entretenir et acheter un cheval restant ainsi fantassin On assiste alors à la naissance d’un nouveau type de guerrier entre le noble et le fantassin, le guerrier lourdement armé, l’hoplite, ὁπλίτης /hoplítês en grec. 

    
 Tableau1 Proportion de métaux dans la fabrication du bronze

Cuivre

 

Etain

 

Autres

 

60%

 

25-30%

 

10-15%

 


2. Le guerrier citoyen :

                L’apparition de ce nouveau type de guerrier va de pair avec celui de l’émergence de la cité dite classique. En effet les citoyens issus des classes moyennes, zeugites (Tableau 2 Quatre classes censitaires à Athènes) à Athènes, défendent leur cité, ils réclament donc une emprise moindre de l’aristocratie sur la politique et réclament un rôle plus important à jouer dans le gouvernement de l’oïkos. Dans certaines cités on leur donne le droit de vote, mais ceux-ci peuvent aussi désormais siéger dans les conseils, et surtout dans les assemblées, telle l’Ecclésia athénienne. La cité est en quelques sortes désormais prise en charge par ses citoyens. Le rôle des nobles commence à décliner, surtout dans l’armée ils ne sont plus seulement le « fer de lance »  de la cité.

 

 Tableau2 Quatre classes censitaires à Athènes

Les pentacosiomédimnes

 

Plus de 500 médimnes de céréales

 

Les hippeis

 

Plus de 300 médimnes

 

Les zeugites

 

Plus de 200 médimnes

 

Les thètes

 

Moins de 200 médimnes

 

            La politique est prise en charge par les citoyens c’est donc eux qui doivent désormais s’unir pour défendre leur cité contre toute agression extérieure. Il n’y a pas d’armée de métier en Grèce à proprement parler mais plutôt des citoyens qui deviennent pour un temps des guerriers pour protéger et défendre leurs biens. On peut faire le parallèle avec les appelés des armées occidentales du XXe siècle.

            Appelés est un terme qui, quoi que anachronique, peut convenir, puisqu’avant d’être des guerriers, se sont d’abord des paysans, quelques fois des artisans… Les grecs sont avant tout des paysans, en ce sens lors d’un conflit se sont eux qui en premier défendent la terre qu’il cultive, la terre sur laquelle ils vivent. Les hoplites sont donc des paysans sans grande formation militaire mais qui défendent hardiment leur bien le plus précieux, leurs terres, et ainsi donc leur liberté, concept clé dans la Grèce Antique.

3. Statut de l'hoplite :

            L’hoplite est un amateur, à ce titre il dispose de peu de compétences dans le domaine militaire, le manque de celle-ci est remédier par ces armes défensives et la tactique mise au point, la phalange. Toutes les cités, cependant, et avant d’acquérir la citoyenneté faisaient passées aux jeunes hommes une sorte de service militaire, d’une ou deux années, l’Ephébie à Athènes ou cas à part l’Agogè à Sparte qui elle allait jusqu’à l’âge de 30 ans. Mais dans bien des cas, spartiates en dehors, la formation militaire était rudimentaire, apprendre à manœuvrer et à se battre ensemble.

            Une des caractéristiques de l’hoplite est le fait qu’il devait à ses propres frais acheter son équipement. Celui-ci variait entre 100 et 300 drachmes, le salaire quotidien d’un ouvrier qualifié était de 1 drachme (environ 4,3 g d’argent). Par conséquent cet équipement était onéreux, un lourd investissement pour les familles, le père payant les armes de son fils, comme d’accès à la citoyenneté. On pouvait voir aussi des pères qui donnaient à leur fils leurs propres armes, qui resservaient une fois réadaptées sur le corps du nouveau propriétaire. Les armes pouvaient donc être vétustes puisqu’elles s’échangeaient de génération en génération. Par ailleurs comme chacun fournissait son équipement, il n’y avait pas d’armes standardisées, mais de nombreux modèles possibles.

            La seconde caractéristique de cet équipement est son poids, entre 25 et 35-40 kilos. C’était un équipement très lourd, qui peut à peut fin V début IV fut allégé. L’hoplite est donc un guerrier « lourd » sorte de « char d'assaut » de l’Antiquité. 

 

4. Terme :

            On s’est longtemps interrogé sur la signification du terme hoplite. On pensait qu’il venait du terme «hoplon» désignant un bouclier, mais cela est peu probable car pour désigner leurs boucliers les grecs employaient le terme « d'aspis » et non « hoplon ». Des recherches modernes tendent à démontrer qu’hoplite viendrai plutôt «d’hopla» qui veut dire armes aux pluriels. Ainsi ce terme signifierait «en armes», et c’est sous cette acceptation qu’on doit comprendre hoplite.

Commentaires (3)

1. aplgut 26/02/2011

lol trop bien

2. Nohane 14/02/2010

Certes, je trouve cette page web intéressante mais j'y remarque un manque d'information concernant les batailles (il aurait fallu plus nous expliqué le fonctionnement de la phalange, ainsi que des informations nous précisant la fin des hoplites).

3. leo et baptiste 16/11/2009

bon site surtout pour le grec

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site